Il faut la recherche

«PLACE DU CHÂTELET – L’INCONNU – NANA FAIT DE LA PHILOSOPHIE SANS LE SAVOIR

(…)

–          Nana : C’est drôle, tout à coup je ne sais pas quoi dire. Ça m’arrive très souvent. Je sais ce que je veux dire. Je réfléchis avant de le dire pour savoir si c’est bien ça qu’il faut dire, mais au moment de le dire, pouf, je ne suis plus capable de le dire.
–          Le philosophe : Oui, évidemment. Écoutez, vous avez lu “Les Trois Mousquetaires”?
–          Nana : Non, mais j’ai vu le film. Pourquoi ?
–          Le philosophe : Parce que, vous voyez, il y a là-bas Porthos – d’ailleurs c’est pas dans “Les Trois Mousquetaires”, c’est dans “Vingt Ans Après” – Porthos le grand, le fort, un peu bête, il n’a jamais pensé de sa vie, vous comprenez? Alors une fois, il faut qu’il mette une bombe dans un souterrain pour la faire éclater. Il le fait, il place sa bombe, il allume la mèche et puis il se sauve, naturellement. Et en courant, tout à coup, il se met à penser. Il pense à quoi? Il se demande comment il est possible qu’il puisse mettre un pied devant l’autre – ça vous est arrivé aussi, sans doute. Alors il s’arrête de courir, de marcher, il n’peut plus, il n’peut plus avancer. Tout explose, le souterrain lui tombe dessus, il le retient avec ses épaules, il est assez fort. Mais finalement, au bout d’un jour, deux jours, je n’sais pas, il est écrasé, il meurt. En somme, la première fois qu’il a pensé il en est mort.
–          Nana : Pourquoi vous me racontez des histoires comme ça?
–          Le philosophe : Comme ça, un peu pour parler.
–          Nana : Mais pourquoi est-ce qu’il faut toujours parler ? Moi, je trouve que très souvent on devrait se taire, vivre en silence. Plus on parle, plus les mots ne veulent rien dire…
–          Le philosophe : Peut-être, mais est-ce qu’on peut ?
–          Nana : Je n’sais pas, moi.
–          Le philosophe : J’ai toujours été frappé par ceci, c’est qu’on ne peut pas vivre sans parler.
–          Nana : Pourtant, ça serait incroyable de vivre sans parler.
–          Le philosophe : Oui, ça serait beau, hein ? Ça serait beau, c’est comme si on s’aimerait plus. Seulement c’est pas possible. On n’y est jamais arrivé.
–          Nana : Mais pourquoi ? Les mots devraient exprimer exactement ce qu’on veut dire. Est-ce qu’ils nous trahissent ?
–          Le philosophe : Il y a ça, mais nous nous les trahissons aussi. On doit pouvoir arriver à dire ce qu’on a à dire puisque qu’on arrive à bien écrire. Enfin, c’est tout de même extraordinaire qu’un bonhomme comme Platon, qu’on puisse encore tout de même le com… Mais c’est vrai qu’on le comprend ! On peut le comprendre ! Et pourtant, il a écrit en grec il y a 2500 ans. Enfin, personne ne sait plus la langue de cette époque-là, c’est pas vrai on ne sait plus exactement. Pourtant il en passe quelque chose, donc on doit arriver à bien s’exprimer. Et il le faut.
–          Nana : Et pourquoi faut-il s’exprimer ? Pour se comprendre ?
–          Le philosophe : Il faut qu’on pense, pour penser il faut parler, on ne pense pas autrement, et pour communiquer il faut parler, c’est la vie humaine.
–          Nana : Oui, mais en même temps c’est très difficile. Moi, je trouve que la vie devrait être facile, au contraire. Vous voyez votre histoire des “Trois Mousquetaires”, c’est peut être très très beau, mais c’est terrible.
–          Le philosophe : C’est terrible oui, mais c’est une indication. Je crois qu’on arrive à bien parler que quand on a renoncé à la vie pendant un certain temps, c’est presque le prix.
–          Nana : Mais l’art de parler, c’est mortel.
–          Le philosophe : Oui mais parler c’est presque une résurrection par rapport à la vie, en ce sens que quand on parle c’est une autre vie que quand on n’parle pas, vous comprenez ? Et alors pour vivre en parlant, il faut avoir passé par la mort de la vie sans parler, vous voyez ? Je ne sais pas si je m’explique bien, mais il y a une sorte d’ascèse en somme qui fait qu’on ne peut bien parler que quand on regarde la vie avec détachement.
–          Nana : Pourtant la vie de tous les jours, on ne peut pas la vivre avec, je n’sais pas moi, avec…
–          Le philosophe : Avec détachement ! Oui, mais alors on balance justement, c’est pour ça que l’on va du silence à la parole. On balance entre les deux parce que c’est le mouvement de la vie qui est qu’on est dans la vie quotidienne et puis on s’en élève vers une vie, appelons-la supérieure, c’est pas bête de le dire parce que c’est la vie avec la pensée. Mais cette vie avec la pensée suppose qu’on a tué la vie trop quotidienne, la vie trop élémentaire.
–          Nana : Oui, mais est-ce que penser et parler, c’est pareil ?
–          Le philosophe : Je le crois, je le crois. C’était dit dans Platon, remarquez. C’est une vieille idée. Mais je crois qu’on ne peut pas distinguer dans la pensée ce qui serait la pensée et les mots pour l’exprimer. Analysez la conscience, vous n’arriverez pas à saisir autrement que par des mots un moment de pensée.
–          Nana : Parler alors c’est un peu risquer de mentir.
–          Le philosophe : Oui, parce que le mensonge, c’est un des moyens de la recherche, je crois. Il y a peu de différence entre l’erreur et le mensonge.
–          Nana : Oui, mais comment…
–          Le philosophe : Naturellement nous ne parlons pas du mensonge cru, ordinaire, qui fait que je vais vous dire “Je viendrai demain à cinq heures” et puis je ne viens pas parce que je n’ai pas voulu venir demain à cinq heures. Vous comprenez, ça c’est des trucs… Mais le mensonge subtil, c’est souvent très peu distinct d’une erreur, quelque chose on cherche et puis on ne trouve pas le mot juste. Et c’est ce que vous disiez tout a l’heure, c’est pour cela que ça vous arrivait de ne plus savoir quoi dire, c’est parce que, à ce moment-là, vous aviez peur de ne pas trouver le mot juste, moi je crois que c’est ça.
–          Nana : Oui, mais comment être sûr d’avoir trouvé le mot juste ?
–          Le philosophe : Ben, il faut travailler. Ca ne vient qu’à la force. Dire ce qui faut de façon à ce que ce soit juste, c’est-à-dire que ça ne blesse pas, que ça dise ce qu’il faut dire, que ça fasse ce qu’il faut que ça fasse, sans blesser, sans meurtrir.
–          Nana : Oui, il faut un peu essayer d’être de bonne foi. Une fois quelqu’un m’a dit : la vérité est dans tout, et même un peu dans l’erreur.
–          Le philosophe : C’est vrai, c’est vrai, c’est ce qu’on n’a pas vu tout de suite en France, je crois, au XVIIème siècle, quand on a cru qu’on pouvait éviter l’erreur, notamment le mensonge, mais l’erreur, qu’on pouvait vivre dans la vérité, comme ça, directement, je crois que c’est pas possible. Pourquoi il y a eu Kant, il y a eu Hegel, la philosophie allemande ? C’est pour nous ramener dans la vie, à savoir nous faire accepter qu’il faut passer par l’erreur pour arriver à la vérité.
–          Nana : Et qu’est ce que vous pensez de l’amour ?
–          Le philosophe : Il a fallu qu’on introduise le corps, et vous n’avez qu’à voir, Leibniz a introduit le contingent, les vérités contingentes à coté des vérités nécessaires, c’est la vie quotidienne, et de plus en plus voilà ce qui s’est développé dans la philosophie allemande, c’est-à-dire on pense dans la vie avec les servitudes de la vie, les erreurs de la vie, et puis faut se débrouiller avec ça. C’est vrai.
–          Nana : Est-ce que l’amour ne devrait pas être la seule chose vraie ?
–          Le philosophe : Oui mais il faudrait que l’amour soit toujours vrai, or est-ce que vous connaissez quelqu’un vous qui sait tout de suite ce qu’il aime ? C’est pas vrai. Quand vous avez vingt ans, vous ne savez pas ce que vous aimez. Vous savez des bribes, vous attrapez, par exemple, dans votre expérience, vous dites j’aime ceci, c’est souvent mélangé. Mais pour arriver à vous constituer entièrement avec simplement ce que vous aimez, il faut la maturité, c’est-à-dire il faut la recherche, c’est ça la vérité de la vie. C’est pourquoi l’amour est une solution, mais à la condition qu’il soit vrai.»

– “Vivre Sa Vie: Film en douze tableaux”, Jean-Luc Godard, 1962.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s