Il n’y a pas de Youkali

Kurt Weill composa Youkali, Tango Habanera en 1934 pour la pièce de Jacques Deval, Marie Galante. Les paroles ont été ajoutées par Roger Fernay en 1946:

«Et la vie nous entraîne,
lassante, quotidienne,
mais la pauvre âme humaine,
cherchant partout l’oubli,
a pour quitter la terre,
su trouver le mystère
où nos rêves se terrent
en quelque Youkali…

(…)

Youkali,
c’est la terre où l’on
quitte tous les soucis,
c’est dans notre nuit,
comme une éclaircie,
l’étoile qu’on suit,
c’est Youkali!

Youkali,
c’est le respect
de tous les vœux échangés,
Youkali,
c’est le pays
des beaux amours partagés,

C’est l’espérance
qui est au cœur de tous les humains,
la délivrance
que nous attendons tous pour demain.

Youkali,
c’est le pays de nos désirs,
Youkali,
c’est le bonheur,
c’est le plaisir.

Mais c’est un rêve, une folie,
il n’y a pas de Youkali!
Mais c’est un rêve, une folie,
il n’y a pas de Youkali!»

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s