Une erreur, un oubli, un concept

«Je crois qu’un livre, s’il mérite d’exister, peut être présenté sous trois aspects rapides: on n’écrit de livre “digne” que:

1) si l’on pense que les livres sur le même sujet voisin tombent dans une sorte d’ erreur globale (fonction polémique du livre);

2) si l’on pense que quelque chose d’essentiel a été oublié sur le sujet (fonction inventive);

3) si l’on estime être capable de créer un nouveau concept (fonction créatrice).

Bien sur, c’est le minimum quantitatif: une erreur, un oubli, un concept.

Peu importe que le livre soit sur quelq’un ou sur quelque chose. Et je nearle pas seulement pour la philosophie, ça vaut aussi pour les autres “genres”, avec d’ autres mots.

Dès lors, je prendrais chacun de mes livres, en abandonnant la modestie nécessaire, et je me demanderais:

1) quelle erreur il a prétendu combattre;

2) quel oubli il a voulu réparer;

3) quel nouveau concept il a crée

– Deleuze, “Lettres et autres textes”,  lettre a Arnaud Villani du 29 décembre 1986, p. 86-87, mentionnée par Arnaud Vilani dans les Temps Modernes, jan-fev,1996, numéro 586.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s